The Force at work / La Force en action

The Force at work / La Force en action
Read the whole story now being read around the world! / Lisez toute l'histoire maintenant lue autour du monde!

Tuesday, April 11, 2017

LES ANGES ET LE CANADIEN / THE ANGELS AND THE CANADIANS • CONCLUSION

Kirk Muller & Lena Ghio / J'ai donné mon huile d'Ange à Kirk Muller au Grand Prix de Montréal quelques jours après la victoire extraordinaire. / • I gave Kirk Muller my Angel oil at the Montreal Grand Prix a few days after the extraordinary victory.
PAGE 1 •  PAGE 2 • PAGE 3 • PAGE 4

ENGLISH

POURQUOI partager cette histoire avec vous maintenant? La route vers la victoire, comme chacune de nos vies, est remplie d'embûches. Pourtant il y a des forces extraordinaires autour de nous et en nous et nous pouvons y puiser la force dont nous avons besoin à chaque instant de façon directe et simple. Pour moi cette récapitulation du rôle que j'ai joué dans un événement sans parallèle me rappelle cette force qui est présente en tout temps mais que nous oublions trop souvent.

Quelques extraits d'articles où les journalistes
tentent de faire du sens de ce qu'ils observent.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
/ I chose French articles but English journalists
were also baffled by the truly magical energy
of that hockey season.
Avant que les séries éliminatoires commencent M. Claude Mouton meurt. Ceci nous brise le coeur car il était persuadé que l'équipe irait loin cette année-là et il ne verrait jamais la merveilleuse victoire qui nous attendait. Jacques Demers reniait le fait que de tous côtés: le public, les journalistes et surtout nous à la Mise au Jeu: on voyait agir des forces inexplicables. Les joueurs étaient énergisés par toutes ces intentions positives qui leur arrivaient de partout. Patrick Roy a même raconté une histoire inusitée d'un soir où il a dû prendre un taxi avec son épouse et que le chauffeur de taxi lui a remis un petit éléphant chanceux pour qu'il gagne la coupe. Maintenant dès que j'entrais travailler j'allais voir la glace et je demandais à mes Petits Anges d'aider les joueurs. Quand j'entrais à la Mise au Jeu, Mado, une collègue extraordinaire qui est une grande fan du Canadien, me demandais si j'avais mis les Petits Anges sur la glace. Un jour elle dit à M. Jean-Yves Poirier qui  oeuvrait chez Effix l'entreprise de marketing et de promotion pour le Canadien : " M. Poirier! Lena met des Petits Anges aux Canadiens et ils gagnent! " Tout le monde en parlait à l'époque. Normand, notre barman, me montrait sa miniature Coupe Stanley qu'il plaçait ensuite sur le bar en signe de support pour l'équipe. Bien sûr il y avait des gens douteux, même Jacques Demers quelques jours avant la victoire vacillait. Et là seulement à la fin, le 6 juin 1993,  il invoque Saint Joseph face à des victoires cumulatives inexplicables et jamais vues dans le sport professionnel!

Il me restait un geste quasi impossible à faire. En 1986, j'avais écrit, chancelante, dans le livre des visiteurs dans le Salon des Canadiens, un souhait de 'bonne chance' quand nous étions allés servir un diner là. Je me demandais si toutes mes prières seraient annulées si je ne pouvais exécuter ce geste. Tout à coup, comme en 1986, on nous a fait servir un diner dans le Salon des Canadiens. J'étais tellement intimidée et j'avais peur que M. Laniel, le directeur de la Mise au Jeu, me découvre à écrire dans le livre des invités mais je l'ai fait quand même! Plus de recul à présent!

Chacun des buts en supplémentaire se manifestait quand on joignait nos mains et qu'on pensait aux Petits Anges. Chaque but! Finalement nous sommes arrivés à la joute déterminante le 9 juin 1993. Plusieurs experts doutaient qu'on puisse battre les Kings de Los Angeles et Wayne Gretsky qui était le meilleur joueur de la LNH à l'époque. Les célébrités Montréalaises étaient toutes au Forum ce soir-là. Dans ma section, je servais Céline Dion et René Angelil, qui après la victoire, ont été rejoindre les joueurs dans les célébrations au champagne. Quoique notre patron ne voulait pas qu'on sorte de la Mise au Jeu pendant la joute, nous sommes tous sortis voir ce match sans égal. Nous étions au niveau 200 donc on voyait bien le jeu. Et finalement, c'est la victoire! 4 à 1 pour les Canadiens! La joie et la furie étaient incroyables! Tout vole en air et notre objectif est atteint et je suis là avec un champ de vision sans entrave! Quel beau cadeau!

Avec le temps j'ai appris lors d'une conversation avec le légendaire Jean Béliveau, que j'ai eu le plaisir d'interviewer alors que je faisais de la radio à Choq.fm, maintenant Choq.ca, qu'un ordre de religieuses  envoyait des pains bénis aux joueurs lors des séries quand il jouait au hockey.

Un documentaires où vous verrez la magie de cette année. /
In French, but you can see the magic of this season!
VIDEO
Ma prière était d'avoir une longue saison de travail au Forum et d'y vivre une victoire de la Coupe Stanley par le Canadien. Nous avons eu cette merveilleuse saison de travail avec des clients enthousiastes et une ambiance electrifiante. Les Canadiens ont gagné la Coupe Stanley. J'ai passé la journée du Grand Prix 1993,  dimanche le 13 juin, non seulement avec la Coupe Stanley mais avec l'équipe entière! C'est là que j'ai raconté l'histoire des Petits Anges à Kirk Muller et que je lui ai remis ma fiole d'huile d'Ange que je gardais avec moi tout le temps. Le cercle était bouclé. Merci mes Petits Anges!

La Force, Puissance, Esprit ou Dieu, qu'importe le nom que vous donnez au mystère qui interagit avec nous, Il nous informe constamment de ses intentions. Cette histoire illustre cette interaction entre l'Esprit et une communauté. Ce que j'ai conclu c'est que le nom qu'on Lui donne n'est pas important. C'est clair que chacun a employé une expression avec laquelle il s'identifiait: les Fantômes, les Petits Anges, la Coupe Stanley miniature qui était la baguette magique de Normand. Pour moi c'est la leçon la plus importante dans ce monde ruiné par le fondamentalisme archaïque qui n'est pas basé sur l'Esprit vivant mais sur des préceptes anciens de patriarches dont le service à l'humanité doit évoluer et qui doivent reconnaître que nos perceptions de la nature spirituelle sont en évolution aussi. Nous percevons des dimensions de l'univers inimaginables pour nos ancêtres. L'autre leçon importante est que c'est le sentiment d'une foi inébranlable qui a activé toutes les énergies qui ont mené à la victoire! Ça c'est le cadeau que ce récit vous donne à vous, ici, maintenant et chaque fois que vous aurez besoin de vous souvenir de la puissance d'une foi inébranlable. 

ENGLISH• WHY share this story with you now? The road to victory, like each of our lives, is filled with obstacles. Yet there are extraordinary forces around us and inside us and we can draw up the force that we need each instant in a simple direct way. For me this recapitulation of the role I played in an unparalleled event reminds me of the force that is present in us at all  times but that we too often forget.

Before the beginning of the finals M. Claude Mouton died. This broke our hearts because he had been convinced the team would go far that year and he never got to see the marvelous victory that lay ahead. Jacques Demers denied the fact that from all sides: the public, the journalists and especially us at the   Mise au Jeu: people saw inexplicable forces at work. The players were energized by all those positive intentions coming at them from everywhere. Patrick Roy even recounted an unusual anecdote that he and his wife had to take a taxi one night and the taxi driver gave him a tiny lucky elephant so the team would win the cup. From then on as soon as I entered the Forum I went to see the ice and asked the Little Angels to help the players. When I entered the Mise au JeuMado, an extraordinary colleague who is a huge Canadien's fan, would ask me if I had placed the Little Angels on the ice. One day she told M. Jean-Yves Poirier, who worked at Effix  the marketing and promotion agency for the Canadiens : " M. Poirier! Lena puts Little Angels on the  Canadiens and they win! " Everybody was talking about it at the time. Normand, our barman, would show me his miniature  Stanley Cup that he then placed on the bar as a sign of support for the team.  Of course, there were still people who doubted, even Jacques Demers vacillated a few days before the victory. And then, only near the end, on June 6th, 1993, in the face of inexplicable and cumulative victories the likes of which had never been seen in professional sports, he invoked  Saint Joseph

I had a final gesture to perform that seemed impossible for me to do. In 1986, I had written, trembling, in the visitor's book in the Salon des Canadiens, a 'good luck' wish when we had been sent there to serve a luncheon. I wondered if all my prayers would come to naught if I could not execute this final gesture. Then suddenly, like in 1986, we were summoned to serve a luncheon in the Salon des Canadiens. I was intimidated and scared M. Laniel, the director of the  Mise au Jeu, would discover me writing in the guest book but I did it anyway! No going back now! 

Every goal scored by the Habs during an extra time would manifest when we joined hands and thought about the Little Angels. Each one! Finally we had arrived at the determining game June 9, 1993.  Many experts doubted that we could defeat the Los Angeles Kings and  Wayne Gretsky who was the best player in the NHL at the time. All the Montreal celebrities were at the Forum that night. In my section, I was serving Céline Dion and René Angelil, who went to the champagne celebrations with the team after the victory. Although our boss did not want us to leave the Mise au Jeu during the games, we all got out to watch this peerless match. We were at the 200 level so we had a great view of the ice. And finally, the victory! The joy and the fury were unbelievable! Everything flew in the air and our objective was reached and there I was with a clear field of vision to witness it all. What a great gift! 

In time I found out in a conversation with the legendary Jean Béliveau, that I had the pleasure to interview when I worked at radio Choq.fm, now Choq.ca, that an order of nuns would send blessed bread to the players during the series when he played hockey. 

My prayer was for a long work season at the  Forum and to experience there a Stanley Cup victory by the Canadians. We got this marvelous work season with enthusiastic clients and an electrifying ambiance. The Canadiens won the Stanley Cup. I spent Sunday June 13, 1993 at the Grand Prix du Canada not only with the Stanley Cup but with the entire team!  That is where I told the story of the Little Angels to  Kirk Muller and I gave him the vial of Angel oil that I kept on me at all times. The circle was complete. Thank You Little Angels! 

Certains de mes amies et amis de la Mise Au Jeu. /
A few of my friends and colleagues from the Mise au Jeu.
The Force, Power, Spirit or God, however you want to call that mystery that interacts with us, is constantly showing us its intention. This story illustrates that interaction between Spirit and a community. What I concluded was that it doesn't matter how you call It. It is clear that everyone used a term they felt identity with: the Ghosts, the Angels, the miniature Stanley Cup that was Normand's magic wand. To me that is the biggest lesson of all in this world ruined by archaic fundamentalism not based on the living Spirit but on the ancient dictates of patriarchs whose service to humanity must evolve and who must recognize that our perceptions of the spiritual in nature are evolving too. We perceive dimensions of the universe that were unimaginable to our ancestors. The other important lesson is that it was the feeling of unconquerable faith that activated all the energies that led to a wonderful victory! This is the gift to you here and now and whenever you feel the need to remember how powerful unconquerable faith is!

-LENA GHIO


No comments:

Post a Comment