The Force at work / La Force en action

The Force at work / La Force en action
Read the whole story now being read around the world! / Lisez toute l'histoire maintenant lue autour du monde!

Sunday, April 13, 2014

The Mysterious Emerge Art / Le Mystérieux Emerge Art

WORLD PREMIERE  //   PREMIÈRE MONDIALE

EMERGE ART with the book/avec le livre «Extrême: Esthétiques de la limite dépassée» by/de Paul Ardenne / FLAMMARION
ÉDIFICE BELGO BUILDING
372, rue Sainte Catherine ouest/ Street West
Espace 514
22 April/avril 2014 au/to 30 April/avril 2014
open everyday from 11 am to 5 pm
ouvert tous les jours de 11h à 17h

Left/gauche the original photo/ la photo originale- centre a cropped painting by Paul Delaroche/ coupure d'une toile de Paul Delaroche- Right/droite Emerge Art

The Mysterious Emerge Art / Le Mystérieux Emerge Art
Français plus bas


The role of the artist in our time has taken multifarious forms. The contemporary artist is misunderstood by the average person, the figurative artist not quite as appreciated as he used to be, and there are as many tangents to add to the styles and practices of art as there are cultures and people. This being said, most everyone expects the artist to reveal the mysterious side of life not only social and political truths. The contemporary artist seems more preoccupied by making people think instead of making them feel. Science tells us it can explain everything, that there are no more mysteries, only chemical combinations.

This close-up reveals that the face that emerged was
already in the photograph. Once illuminated, the
precision of the features is obvious.
Ce gros plan révèle que le visage qui est émergé était
déjà dans la photo. Une foi illuminée, la précision
des traits est évidente.
Suddenly, water is speaking to us! My practice since July 23 2013 is to photograph water as it creates complex and eloquent images in reaction to its surroundings. I call this Emerge Art because the image emerges in the water. As you can see with the sample studied here, the image transcends mere refraction in water. I cannot explain it, but I can capture the phenomenon and share it with the world.

When I put the bowl of water beside the book «Extrême: Esthétiques de la limite dépassée» by Paul Ardenne, I observed that the images had much more to say than I had at first imagined. Water appeared to have discernment as it showed an appropriate reaction to the content of the book at the page where it was open.

I don’t believe this is a supernatural event. I believe our technology makes us able to see sides of reality we could not even imagine before.

Those of a scientific bent argue that I Photoshop the images. They are not wrong. It is because of our current technology that I can alter the lighting of the photograph to reveal its hidden content. To capture an Emerge Art, the photo must be taken without a flash. This makes for a dull image. As I bring light to it, it morphs into an Emerge Art. I do not create the content I underline it.

It is important to me that people understand this process because it reveals a never before documented facet of the physics of our world and the Spirit of our world.

To verify the potential for discernment that water could possess, I put my bowl of water beside the biographical book: NAPOLEON an intimate account of the years of supremacy 1800-1814 produced and edited by PROCTOR PATTERSON JONES. I took hundreds of pictures. The one here is among the last 4 images I shot that day. We can clearly see a profile that resembles the features of Napoleon Bonaparte with uncanny accuracy: the aquiline nose with the slightest bump, the well-drawn lips, and the deep brown eyes. In the water, the face appears like a mask. Inside the mask appears a tiny ghostly head. On the lips there is the head of a vulture emerging. The water appears to be telling me that Napoleon is dead.

What a delicious mystery!

FRANÇAIS


Le rôle de l’artiste dans notre époque a pris des formes très variées. L’artiste contemporain est mal compris par la personne moyenne, l’artiste figuratif n’est plus aussi apprécié qu’il était jadis, et il y a autant de tangentes à ajouter aux styles et pratiques artistiques qu’il y a de cultures et d’êtres humains. Cela dit, presque tout le monde s’attend à ce que l’artiste révèle le côté mystérieux de la vie pas seulement les vérités sociales et politiques. L’artiste contemporain semble plus préoccuper  à faire penser le publique qu’à le faire ressentir. La science nous informe qu’elle peut expliquer tout, qu’il n’y a plus de mystère, seulement des combinaisons chimiques.

The tiny ghost like figure inside the mask, on the left of the image.
La petite figure fantomatique à l'intérieur du masque,
à gauche de l'image.
Soudainement, l’eau nous parle! Ma pratique artistique depuis le 23 juillet 2013 est de photographier l’eau alors qu’elle crée des images complexes et éloquentes en réactions à son entourage. J’appelle cela Emerge Art parce que l’image émerge dans l’eau. Comme vous pouvez observer par l’exemple fournie ici, l’image transcende la simple réfraction dans l’eau. Je ne peux pas expliquer cela, mais je peux capturer le phénomène et le partager avec le monde.

Quand j’ai mis l’eau à côté du livre «Extrême : Esthétiques de la limite dépassée» de Paul Ardenne, j’ai constaté que les images avaient beaucoup plus à dire que je n’avais imaginé.
L’eau semblait démontrer du discernement  alors que ses réactions étaient appropriées au contenu du livre à la page où il était ouvert.

Je ne crois pas que cela est un phénomène surnaturel. Je crois que notre technologie nous rend capable de voir des côtés de la réalité qu’on ne pouvait même pas imaginé avant.

Ceux qui ont un penchant scientifique arguent que je Photoshop les images. Ils n’ont pas tort. C’est précisément notre nouvelle technologie qui me permet d’illuminer l’image pour révéler ses contenus cachés. Pour capturer un Emerge Art, la photo doit être prise sans le flash ce qui donne une image plutôt terne. Alors que je l’enlumine, elle devient un Emerge Art. Je ne dessine pas le contenu, je le souligne.

C’est important pour moi de faire comprendre ce processus aux gens parce qu’il révèle une facette de la physique de notre monde et de l’Esprit de notre monde qui n’a jamais été documentée auparavant.

Pour vérifier la capacité de discernement que pourrait posséder l’eau, j’ai mis mon bol d’eau à côté du livre : NAPOLEON an intimate account of the years of supremacy 1800-1814 produit et édité par PROCTOR PATTERSON JONES. J’ai pris des centaines d’images. Celle qui est représentée ici  est parmi les 4 dernières prises ce jour-là. On peut voir clairement un profil qui ressemble avec une précision désarmante aux traits de Napoléon Bonaparte : le nez aquilin avec une légère bosse, les lèvres bien dessinées, les grands yeux bruns. Dans l’eau, le visage ressemble à un masque. À l’intérieur du masque, il y a une petite tête fantomatique. Sur les lèvres, la tête d’un vautour émerge. L’eau semble me dire que Napoléon est mort.

Quel délicieux mystère!

-LENA GHIO

Wednesday, April 9, 2014

Come and See Jake & Dinos Chapman @ DHC/ART

Jake & Dinos Chapman meet the press / rencontrent la presse
Photos Lena Ghio
Français plus bas


3 huge black banners with large white smiley faces greet us in the lobby of the 451 St-Jean Street building of DHC/ART. While the gallery is composed of sumptuous rooms, there is regret that the banners are set there. We need to turn and lift our heads to grasp the size and import of the piece in the rather tight space of the entrance.  The new curator at the gallery, CHERYL SIM, did well to inform us, once on the fourth floor, that we could look back down on the installation from the mezzanine.  From this vantage point, we understand the object’s symbolic meaning. These innocuous banners, the recurrence of Nazi symbolisms, including the hooded figures that remind us of the infamous KKK movement, are some of the ways the artists depict pure evil. The title of the banner installation is after all «World Peace through World Domination, 2013».

The theme and disposition of the exhibition is that of a slow descent into hell. The notorious dioramas evoke all the horror of the end of the Second World War with miniature figurines involved in murder and mayhem. There are the Nazis committing atrocities, decapitated and piled up bodies, and Ronald MacDonald either standing in as the Fuehrer/ Big Business, or crucified to recall religious tyranny. As you move up from floor to floor you will see many paintings in the exhibition and these are beautifully crafted. The subject matter of the sculptures may be a bit gruesome but the execution is excellent. The life size installations wearing the Conical Hats add an intriguing dimension to the walk through the exhibition. The characters look alive, yet they are always oblivious to us as we past by them. They remind me of how we imagine God as He looks down on our lives, yet He is always hidden from us. We ask God why does He let war happen? And war never stops.

The duo of JAKE & DINOS CHAPMAN is so symbiotic I was curious about how they set out to work on the various pieces. They shared with me that they both worked on all the pieces in a random way with no preparations. That is quite astonishing when you experience the complex and detailed execution of the works. If the subject matter is disquieting it is still presented with a lot of coherence.

The show winds down in the second space of the gallery, at 465 St-Jean Street. Here the questions are even more morbid as the artists address death on a personal level with an exquisite series of 21 delicate drawings entitled «What Really Happens To Us After We’re Dead?2012» You will see more dioramas, a cinema installation, a large room with a complex installation of mixed media reminding us of an after blast situation rich with many details to pay attention to if you want to get the gist of the artists humor.  As I was about to leave I thought to myself: Not much optimism here. Then I noticed in one of the dioramas 3 tiny vultures perched on trees waiting for the calmer moment when their feast will begin.

In terms of social commentary, the work tells us of the current tendency to a state of amorality in contemporary fields of endeavor whether they are business, science, politics or art. There is no shame in doing “sinful” things anymore if there is profit to be made, or for the sake of winning the game. Hypocrisy is a way of life so prevalent, it is sometimes not even disguised. Examples of this kind of practice abound in all areas associated with the conflict between protecting the ecology versus the need for energy sources. None of the players involved seem capable of finding that balanced edge where we could keep our world alive while enjoying her gifts. These artists embrace these flaws of society to illustrate their dire consequences. In the end, they use laughter to come to terms with issues that so far confound all of us.

Until August 31 2014.

FRANÇAIS


3 immenses bannières noires avec des larges «smiley face» nous accueillent à la réception de l’adresse 451 rue St-Jean de DHC/ART. Alors que la galerie est composée de pièces somptueuses, c’est regrettable que les bannières soient situées là. On doit lever et tourner la tête pour saisir la grandeur et l’importance de cette pièce à l’entrée qui est plutôt étroite. La nouvelle commissaire de la galerie, CHERYL SIM, a bien fait de nous signaler, alors que nous étions au quatrième étage, de revoir la pièce à partir de la mezzanine. De cette perspective, on comprend mieux le rôle symbolique de ces objets. Ces bannières inoffensives, la récurrence des symboles Nazis, incluant les figures encapuchonnés qui nous rappellent l’infâme mouvement KKK sont toutes des emblèmes dont se servent les artistes pour illustrer le mal. Après tout, le titre de l’installation des bannières est «La Paix Mondiale Par La Domination Mondiale, 2013».

Le thème  et la disposition de l’exposition sont celles d’une lente descente aux enfers. Les dioramas notoires évoquent toute l’horreur de la fin de la Seconde Guerre Mondiale avec des figurines miniatures occupées à commettre  le meurtre et à semer la pagaille. Il y a les Nazis en train de perpétrer des atrocités, des cadavres décapités et empilés, et Ronald MacDonald qui représente à la fois le Führer et les Grandes Entreprises, ou il est crucifié pour relater la tyrannie des religions. Alors qu’on monte étage par étage, on voit plusieurs toiles dans l’exposition et celles-ci sont bellement ouvragées. La thématique des sculptures est certes macabre, mais l’exécution des œuvres est excellente. Les installations grandeur nature qui portent les Chapeaux Coniques ajoutent une dimension intrigante à la visite de l’exposition. Les personnages ont l’air vivants, pourtant ils demeurent toujours impassibles quand on passe près d’eux. Ils me font penser à comment on imagine que Dieu nous regarde vivre en demeurant toujours caché de nous. On demande à Dieu pourquoi Il laisse la guerre arrivée? Et la guerre n’arrête jamais.

Le duo JAKE & DINOS CHAPMAN est tellement symbiotique que j’étais curieuse de savoir comment ils travaillaient sur les pièces variées. Ils ont partagé avec moi qu’ils travaillent tous les deux sur toutes les pièces de façon aléatoire sans préparations. Cela est très épatant quand vous observez la complexité et le détail des ouvrages. Si le sujet est troublant, il est néanmoins présenté avec une grande cohérence.

L’exposition s’achève dans le second espace de la galerie, le 465 rue St-Jean. Ici les questions deviennent encore plus morbides alors que les artistes questionnent la mort à un niveau personnel avec une série de 21 dessins délicats intitulés «Que Nous Arrive-t-il Vraiment Après Que Nous Sommes Morts? 2012». Vous verrez d’autres dioramas, une installation cinématographique, une pièce tout investie d’une installation complexe composée de médiums mixtes qui nous rappelle une situation après l’explosion riche de détails auxquels il faut porter attention pour comprendre l’humour des artistes. Alors que je m’apprêtais à quitter l’exposition, je me suis dit : Pas beaucoup d’optimisme ici. Ensuite j’ai remarqué dans une des dioramas 3 petits vautours perchés sur des branches en attente que tout se calme pour se lancer dans leur festin.

En tant que commentaire social, l’œuvre parle de la tendance actuelle à un état d’amoralité que se soit dans les affaires, la science, la politique ou l’art. Il n’y a plus de honte à commettre le péché si celui-ci conduit au profit monétaire, ou la victoire du jeu. L’hypocrisie est un mode de vie si répandu qu’elle n’est même plus déguisée. Des exemples de ce genre de pratique abondent dans toutes les situations où il y a un conflit entre protéger l’écologie et le besoin de trouver des sources d’énergie. Aucun des joueurs impliqués semble capable de trouver le point de balance où l’on pourrait préserver notre planète tout en jouissant de ses cadeaux.  Ces artistes saisissent ces failles de la société pour illustrer leurs conséquences affreuses. À la fin, ils se servent du rire pour composer avec des questions qui jusqu’à date nous confondent tous.

Jusqu’au 31 août 2014


-LENA GHIO

Sunday, April 6, 2014

COLLOQUE INTERNATIONAL MAX ET IRIS STERN 8 / Remonter/Remixer/Partager: technologies, esthétiques, politiques

English, translate app in left column

L'image cinématographique joue interminablement comme toile de fond de la vie contemporaine. Le passé le présent, le réel et le phantasme, le commercial, le politique, c'est incessant. Les opinions contradictoires, les jeux de pouvoir, les manipulations de l'information et de nos émotions jusqu'à ce que l'on croit qu'on ne peut plus s'en défaire.

Le 8ième Colloque International Max et Iris Stern, mis en scène par FRANÇOIS LETOURNEUX, commissaire au Musée d'art contemporain de Montréal pour la présentation The Clock de CHRISTIAN MARCLAY ce printemps, regarde le rôle du cinéma dans la création de multitudes d'oeuvres multimédiatiques. Le résultat est étourdissant! RAYMOND BELLOUR, Directeur de recherches émérite, Centre national de la recherche scientifique, Paris,  ouvre le colloque en soulignant la différence entre une exploration d'amateur et celle d'un artiste qui explore les archives cinématographiques pour faire une nouvelle création, une vision fraîche avec ce qui est déjà. Il cite entre autre 24 Hours Psycho de DOUGLAS GORDON qui, fasciné par ce film clé d' ALFRED HITCHCOCK, en ralenti la projection pour qu'elle dure 24 heures. L'exploration  continue avec CATHERINE RUSSELL, Professeure en études cinématographiques à l'Université Concordia, qui nous informe sur l'archivage des images nombreuses et tous précieuses, qui serviront aux futures artistes. CHRISTA BLÜMLINGER, Professeure en études de cinéma et de l'audiovisuel, Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis,  nous présente des archives rares qui combinent des moments historiques et politiques rares tel le discour de l'Empereur d'Allemagne s'adressant à son peuple fin 19e siècle.
SAMPLE

Le lendemain le sujet explose avec des questions touchants l'esthétique, la politique, les droits d'auteurs, les jeux vidéos, l'intégration de la musique à l'image d'archive. C'est un défi à résumer. Les conférenciers: PHILIPPE-ALAIN MICHAUD, Conservateur, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris: BASTIEN GALLET, Responsable de la recherche, École supèrieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans: LOUISA STEIN, Professeure adjointe de cinéma et de culture médiatique, Middlebury College (VT): MICHAEL NITSCHE, Professeur agrégé, École de littérature, médias et communications, Georgia Institute of Technology, Atlanta: et PAUL D. MILLER (a.k.a. DJ Spooky That Subliminal Kid) qui termine le colloque avec un concert de clôture très approprié mixant musique et images.

J'en suis sortie boulversée à la fois par l'immensité déjà couverte et par les potentialités à venir.

THE CLOCK est au Musée d'art contemporain jusqu'au 20 avril 2014.

-LENA GHIO

Wednesday, April 2, 2014

CAPTAIN AMERICA: The Winter Soldier

trailer
Français: application traduction à gauche

Before I go on telling you how much I enjoyed this movie and why, let me remind you that it is a COMIC BOOK that comes to life for us, not a work of literature. Like all great Comic Books, this one has handsome heroes, well-built, sleek, with super-powers. Also, almost invincible evil enemies out to destroy the world!

CHRIS EVANS in the role of Steve Rogers AKA Captain America is right on the mark with his American good looks, smile, and superbly sculpted physique. He has come back to life in the future and, as he readjusts to his new time frame, finds himself involved in a confrontation with the Winter Soldier played by SEBASTIAN STAN. This character is intense, focused, hard hitting. But there is the mystery of who he is? where does he come from? who is he working for?

The drama unfolds with an excellent cast: SAMUEL JACKSON, ROBERT REDFORD, SCARLETT JOHANSSON,  and SAM WILSON all part of exciting fight scenes that are very effective. I practice martial arts so I get chills when I see great fight scenes in a movie. Here the chills were phenomenal. The way the film makers cut the action scenes they combine the effect of the comic book with the motion of cinema. The result appears like a succession of cubist paintings unfolding at a very rapid pace. Combine that with the very successful 3D effect and it becomes a dazzling mind blowing show.

The movie opens today and I recommend it,
I LOVED IT!

-LENA GHIO